Votre espace Valider
Se souvenir de moi
Mot de passe oublié?
Actualités
05/09/2018

Rectification spontanée : intérêt de retard réduit de 50 %

Toute créance de nature fiscale qui n'a pas été acquittée dans le délai légal donne lieu au versement d'un intérêt de retard qui est égale à 0,20 % par mois (soit  2,4 par an) auquel peuvent s'ajouter des majorations (CGI art. 1727).

La loi n° 2018-727 du 10 août 2018 pour un État au service d’une société de confiance a réduit de 50 % le montant de l'intérêt de retard lorsqu’un contribuable dépose spontanément une déclaration rectificative pour corriger une insuffisance ou une erreur de déclaration, en dehors de tout contrôle fiscal, demande expresse ou mise en demeure, avant la fin du délai de reprise de l'administration.

Cette rectification fiscale spontanée par le contribuable n’est possible que si :

-  son erreur ou son insuffisance dans la déclaration souscrite dans le délai légal a été commise de bonne foi ;

- et sa déclaration rectificative est accompagnée du paiement des droits simples ou, pour les impositions recouvrées par voie de rôle, le paiement est effectué au plus tard à la date limite de paiement portée sur l'avis d'imposition. 

Si le contribuable ne paie pas immédiatement les droits ou n’effectue pas leur paiement à la date limite indiquée sur l'avis d'imposition mais s’engage à les régler dans le cadre d’un plan de règlement accepté par le comptable public, alors il bénéficie tout de même d’un intérêt de retard réduit de 50 %.

Cette possibilité de rectification fiscale spontanée avec une réduction de 50 % de l’intérêt de retard s'applique aux déclarations rectificatives déposées du 11 août 2018.

Elle s’s'applique également aux contributions indirectes, aux droits, taxes, redevances, impositions ou sommes établis ou recouvrés par la direction générale des douanes et droits indirects (CGI art. 1727-0 A).

  

Sources  : Loi n° 2018-727 du 10 août 2018, art. 5  JO du 11, CGI art. 1727 et art. 1727-0 A

© Copyright Editions Francis Lefebvre